66% de victimes en moins grâce au dépistage en entreprise

66% de victimes en moins grâce au dépistage en entreprise

L’abus d’alcool ou de stupéfiants affecte les performances des employés, et constitue ainsi un risque additionnel pour la sécurité et la santé de l’espace de travail. Lorsque l’on prend la problématique globale alcool et stupéfiants en entreprise, la prévention et la sensibilisation sont souvent évoquées. Qu’en est-il du dépistage ? Est-ce une stratégie prometteuse pour une entreprise et ses collaborateurs ?

C’est ce que cette étude a tenté de découvrir.

 

L’objectif principal de cette dernière est de fournir des preuves solides de l’association dépistages/accidents et de mesurer les différences dans les taux d’accidents entre les employés testés et non testés.

De plus, les auteurs ont l’intention d’établir la fréquence optimale des essais, c’est-à-dire la fréquence annuelle qui est la plus efficace pour prévenir les accidents, ainsi que de fournir une estimation approximative, mais mesurable, du rendement sur l’investissement.

Cette étude s’est déroulée au Portugal, dans une compagnie de transport ferroviaire.

Elle a suivi 3801 employés pendant 5 ans et demi. Ces employés furent divisés entre 3 sous-groupes : employés travaillants à bord des trains, à proximité des trains, et à distance des trains.

Dans chaque sous-population apparaît un groupe de contrôle, n’ayant jamais subi de dépistages ou d’accidents avant le début de l’étude. Durant la durée de l’étude, ce groupe de contrôle ne fut jamais dépisté.

La population soumise à des dépistages aléatoires a subi moitié moins d’accidents du travail par rapport au groupe de contrôle, 19,4% contre 47%.

Mais les chiffres ne s’arrêtent pas là.

En comparant le taux d’accident et la fréquence de dépistage, les résultats indiquent qu’il est quasiment quatre fois plus probable d’être victime d’un accident du travail lorsque l’on n’est pas soumis à dépistage.

À la surprise générale, le groupe ayant connu la plus grande diminution d’accident à la suite du dépistage sont les « cols blancs ».  89 accidents pour 1000 employés sont survenus dans le groupe de contrôle contre 13 dans le groupe testé à fréquence optimale, soit pratiquement 8 fois moins d’accidents. Cela met en exergue l’importance du dépistage de toutes les catégories socio-professionnelles composants l’entreprise, à la place des seuls postes dits « hypersensibles ». Ainsi, lorsque l’on compare les fréquences d’accidents entre les employés testés ou non, les auteurs ont pu estimer à 66% le nombre de victimes évitées grâce à la politique de dépistage !

Ce qui prouve l’existence d’une relation entre le dépistage et la diminution du risque d’accidents du travail.

 

Après l’analyse de la fréquence à laquelle les employés ont été soumis à un dépistage, il a été possible d’établir pour chaque groupe professionnel une fréquence de dépistage optimale.

En pratiquant une estimation simplifiée du rapport coûts-bénéfices, l’étude conclue qu’en appliquant la fréquence optimale de dépistage (1 dépistage / an), l’entreprise économise 15€ pour chaque euro investi. En outre, une autre étude, traitant spécifiquement du rapport coût-bénéfice d’une opération de dépistage alcool et stupéfiants, aboutissait à un ratio de 26€ économisés pour chaque euro investi.

Le dépistage aléatoire a donc un impact dissuasif sur l’abus d’alcool ou la consommation de produits stupéfiants sur le lieu de travail. Ce qui entraîne une diminution des accidents, quel que soit le poste concerné.

Les statistiques ressortant de cette étude montrent que, de l’instauration d’une politique de dépistage préventif, ressort des bénéfices économiques ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie au travail.

Share this story:

Leave a Reply

Your e-mail address will not be published. Required fields are marked *